Introduction

Tout voyageur est planétairement surnaturel. Ainsi sera perçu un homme chez un extraterrestre moins avancé, de même qu'un nomade chez un prédateur terrestre impérialiste et furtif qui extermine par tous les moyens (drones, OTAN, OMC, FMI...) tous ceux qui ne s'alignent pas : la faune, la flore, les pauvres, les communistes, Le Che, Sadam, Ben Laden, Kadhafi, Milosevic, ... Un voyageur infiniment plus fort ne permettra pas la survie d'une espèce humaine qui le menace potentiellement en s'en prenant à la vie. Il n'est pas scientifique ni prudent d'écarter la loi d'un plus fort potentiellement furtif, comme l'homme l'est déjà envers les plus faibles : la sagesse commande de se protéger contre une Apocalypse imparable en allant au-devant des souhaits de potentiels voyageurs invincibles, comme tout état qui se protège dans une alliance déjà existante ou à créer (Europe, ONU, OTAN...). Le "surnaturel" devient alors un moyen naturel de transmission de messages forts* de l'amont vers l'aval, sans des échanges directs conflictuels et mutuellement autodestructeurs. Déjà supervisée ou non par des aînées plus avancées dans leur transcendance, toute génération cosmique devenue scientifiquement irrattrapable par les suivantes interviendra ainsi à son niveau dans l'évolution en aval : le modèle gigogne d'un apartheid cosmique rationnel imposé par le plus fort devenu aussi le plus sage. L'homme attendra-t-il l'Apocalypse pour y adhérer ? Une science enfin reconvertie à la paix * anoblira l'espèce pour la préparer à s'intégrer pour son salut dans une chaîne furtive de bienveillance en communion cosmique d'amont en aval !

lundi 7 novembre 2016

Un "hula hoop" de paix éternelle dans une ronde cosmique étoilée.

En ne retenant qu'un seul univers né d'un Big Bang d'une violence apocalyptique, un homme prédateur ignore jusqu'ici un noyau universel que sa science détecte pourtant bien dans ses calculs et qu'elle désigne même parfois comme une masse importante de "matière noire invisible". Les évaluations vont selon les sources de 0% (inexistence : MOND) à 80 % ou plus de la masse totale estimée de l'univers.

Une entrée harmonieuse de l'espèce au 
pas de Pi dans la danse cosmique. 

Le paradigme d'un apartheid cosmique parie pour sa part sur le contrôle d'une implosion en douceur d'un univers éternellement créé  (∞Dieu∞), ou né du Hasard, ou ayant naturellement toujours existé. Notre noyau universel est alors évalué à une masse de ~96,7% du total. Soit donc ~3,3% seulement restant pour notre univers lui-même et ~96,7% sous forme d'énergie pour un Univers Global Infini (UGI) alimentant le nôtre par un canal interstellaire. Sous réserve encore que notre univers soit le seul à profiter ainsi d'une telle source inépuisable d'énergie UGI : sinon, il partage cette part (~3,3%) avec tous les autres univers locaux déjà existants ou à créer autour d'une table cosmique prête à accueillir une infinité d'autres. 

A ses 2 fenêtres polaires donnant sur l'Infini (UGI), l'Univers Local (UL) danse un hula hoop de paix éternelle dans une ronde étoilée entretenue par la bienveillance de nos aînés cosmiques ! Des prédateurs terrestres héritiers d'un Big Bang apocalyptique entretiennent inconsciemment la malveillance sur leur planète pour empêcher l'entrée harmonieuse de leur espèce au pas de Pi dans la danse !

Reprenons à ce niveau le paradigme 
d'un apartheid cosmique  :

Implosion contrôlée de
notre univers dans l'Infini
Il s'agit d'un pari sur l'existence d'un Univers Global Infini vivant et conscient (UGI) qui "respire en se dilatant à vitesse c pour une consommation " de ~243 soleils-pilotes/sec. (fig.) "digérés et expulsés" de notre Univers Local (UL) qui est l'un de ses organes : ces vedettes solaires d'un seul cycle finalement dévorées à leur fenêtre de toit par l'UGI sont séquentiellement remplacées au noyau par autant de nouvelles étoiles (Voir cycle "grand jour"). 

Cette mort en couples intervient donc au bout d'un cycle de Pi fois "l'âge" de la terre (soit πŒ ans= "âge" connu de notre univers) : une implosion contrôlée en douceur par de discrets bosobangs. La mort des vedettes stellaires aux 2 podiums de la chaîne d'étoiles provoquera une réaction boso-apocalyptique ajustée au centre du noyau suivant l'axe du canal des 2 polaires séquentiellement concernées. Deux nouveaux-soleils accouchés en douceur remplaceront ainsi les défunts.

Le grand pas de Pi en pont cosmique :

Définissons à ce stade un grand PiŒ/π =1 403 714 096, soit encore un nombre entier de pis courants. "L'âge"/cycle de l'univers local (πŒ ans) devient alors π2 fois grand pi ou πŒ=π2Pi ans. Partant donc du centre, l'étoile franchit un pont de correspondance long de 2 petits pas de pi (ou π2) suivis d'un grand pas de pi (ou Pi), soit Pi=Œ/π=bc/(πФ) = 1 403 714 096. Elle tombera alors dans le vide et s'éteindra pour donner naissance à une nouvelle étoile au centre (avec b=½ petit axe d'orbite terrestre; c= vitesse de la lumière en km/s; Ф=10000)
  
Les adéquations de Pi et le temps virtuel :

En attendant d'être dévorés et remplacés, tous les soleils pilotes dont le nôtre conduisent en ronde la chaîne de leurs semblables pour former en communion la sphère de notre univers local (UL). Ils se répartissent ainsi en 2 files hémisphériques (de F/2, avec F=nombre d'étoiles de notre univers) sorties du noyau UL à son équateur pour se laisser dévorer 2 par 2 aux 2 pôles en tournant à vitesse c dans le sens antihoraire suivant l'axe de sortie de notre univers (l'axe des pôles).

Le comble d'inconscience d'un homme prédateur :
son renoncement suicidaire à un héritage cosmique grandiose !
  
Comme à la ferme moderne, les polaires locales viennent ainsi à tour de rôle s'allaiter à la queue leu leu aux 2 Pis : 2 seins d'un Univers Global Infini (UGI).

Le nombre d'étoiles locales F=2πŒ²/√3=7,05x1019 devient alors
 F=4π3Pi²/√12 =7,05x1019. Le noyau de l'UL est à l'image
d'un mini-soleil traversé par F/2 axes d'où sortent
séquentiellement par 2 les nouvelles étoiles. 

Définissons un temps virtuel ou quantique : l'exemple du temps vécu par un voyageur cosmique (V=c) pendant 1 an terrestre : L'espèce est un quantum potentiel de données qui doit se préparer à la communion en transcendance pour le voyage cosmique !   

La lumière et tout voyageur virtuel (V=c)) parcourent le rayon universel πŒ
en πŒ/c, ou en πb/Ф =щ²46212,13147 ans virtuels. щ²/πŒ= c-1 
~1/300000e d'année terrestre : "Lumière/voyageur en ascenseur, 
 espèce/foyer par escalier en colimaçons d'orbite terrestre" : 
1 an virtuel = (щ²/πŒ) = (1/c) de l'an terrestre,
(idem de toute durée : vie, jour, heure, seconde...) :
1 an terrestre ~c-1aq (an quant.); 1 jour terrestre ~c-1 jq (jour quant...)
"Age/cycle" de notre univers local (UL) : π2Pi = cщ²  
щ (en russe "chia")=√(πb/Ф) ~ 215 ans/cycle d'apocalypse.

Une espèce anoblie et virtuelle descendra à l'heure de communion cosmique au pont de correspondance pour se préparer à rejoindre le premier ciel. Une autre restée obstinément prédatrice des racines mêmes de la vie poursuivra sa route dans l'inconscience pour être à terme pulvérisée en poussières avec son étoile. 

Les faux paradoxes (des jumeaux, de Fermi, des guerres...) : L'idéologie dominante cultive volontiers la drogue du paradoxe : un concept flou pour égarer la raison de l'espèce et justifier contre Nature une loi du plus fort terrestre, sinon cosmique. Le silence éternel d'un Cosmos Bienveillant est étouffé au galop par un silence de déni encore plus grand d'un Capitalisme de Malveillance : l'espèce est ainsi conduite à son autodestruction en s'abritant derrière les plus gros mensonges d'une "façade démocratique". Fou qui s'interroge encore sur un problème relégué par les oligarques au rayon des paradoxes ! Paradoxes d'une Colonisation (ignorée à Nuremberg, ONU, La Haye), des guerres du Vietnam/ Afghanistan/ Libye/ Syrie/ Palestine/ Irak, paradoxe ADM de Saddam, paradoxe des Tours Jumelles, paradoxe d'un marché prédateur et d'une création d'emplois attendue en les délocalisant ... 

Un double complot d'inconscience collective ! 

"La raison du plus fort est toujours la meilleure" (Jean de la Fontaine). La preuve par TINA (lire colonne de droite) : "There Is No Alternative/Il n'y a pas d'autre choix". C'est la négation claironnée d'un Premier Complot Capitaliste bien réel d'élimination de l'espèce elle-même. Celle-ci est déjà entreprise par la destruction systématique de l'emploi (robotisation, mondialisation...). Avec une oligarchie insatiable, on attendra vainement "une reprise planétaire paradoxale" annoncée depuis des décennies. 

Le Second Complot est celui d'une négation de tout Infini (Dieu, ou même déjà de simples Aînés un peu plus avancés que nous-mêmes) : une négation qui conduit à l'extinction de toute vie universelle dans d'éternels affrontements. Ce Complot se traduit déjà par une prédation engagée avec une science complice sous toutes les formes les plus sournoises de la violence : pollution généralisée, 40-50% de faune et de flore éliminés en ~40 ans... On discutera à juste titre sur la qualification d'un crime naissant plutôt d'une inconscience collective.  Mais celle-ci finit bien en Complot de malfaiteurs d'où naîtront inéluctablement des démons : la destruction de la vie planétaire est un fait incontestable.

 "L'occasion fait le larron" ... et les démons du Complot !" ajouterait le proverbe. Le slogan provocateur de l'idéologie dominante et de Fermi s'énonce bien ainsi : "Que les plus forts extraterrestres ouvrent donc une ambassade à Washington s'ils existent vraiment !" : une injonction contre nature à laquelle ils ne répondront jamais malgré les exhortations renouvelées à chaque occasion par toutes les oligarchies du monde et même par celles de la science (NASA/SETI, CNES/GEPAN...). 

Ces paradoxes inexistants dans le monde réel d'un apartheid cosmique sont de même nature que celui de Fermi et des jumeaux. Ils sont destinés à clore toute enquête approfondie. Le fameux paradoxe des jumeaux est brièvement abordé ci-après :

D'une transhumance biologique à
la transcendance quantique.  

Le voyageur de Langevin sortira de l'ascenseur après ~ quelques jours d'absence, mais 1 jour pour lui =24(π-2)(c/Ф)~821 ans et 1 h= (π-2)(c/Ф) ~ 34 ans terrestres. Il n'aura pu voyager dans un passé qui ne lui appartient pas. Sa mission aura été de surveiller furtivement l'évolution d'un monde aval moins avancé (ex. ovnis chez les hommes), une réserve de descendants potentiels gérée par son foyer parmi d'autres foyers voisins de la même génération : 


Un voyageur de Langevin 
en berger quantique.

L'image remonte chez l'homme à un berger en estive auprès de son troupeau en montagne, pour un retour en plaine aux premiers froids : la transcendance est alors une transhumance cosmique renouvelée à l'infini en conduite accompagnée à chaque niveau d'évolution d'une chaîne de poupées russes toutes maintenues en apartheid. Pour aller à la ~vitesse de la lumière, le voyageur ne sera pas bio-terrien, mais nomade quantique. Les témoignages d'ovnis jusqu'ici pacifiques sinon parfois même bienveillants sont bien conformes à l'image de bergers quantiques chargés de surveiller furtivement l'évolution de l'humanité. Comme les satellites-bergers d'une Idéologie Dominante qui la surveillent également tout aussi furtivement, mais avec jusqu'ici une malveillance de plus en plus démoniaque.

Comme dans la fable (Esope/Lafontaine), le lièvre d'un homme de science 
se laissera raisonnablement dépasser par la tortue consciente de la 
 transcendance pour ne pas se disqualifier ensemble pour la vie
 dans une Apocalypse de l'espèce sinon du foyer lui-même.  

Parti virtuel ou quantique (V~c), le voyageur de Langevin retrouvera toujours ses semblables virtualisés comme lui puisqu'il ne les aura jamais vraiment quittés. Il n'aura pu accomplir sa mission sans une communion entretenue tout au long avec son espèce. Toute évolution solitaire est en effet exclue en apartheid cosmique.   
_________________________________

Un grand Pi = c(щ/π)²= 1 403 714 096 est en parfaite adéquation avec le nouveau π, le cycle de 24 heures (π 2+24-24), l'âge/cycle universel (π2Pi =cщ²), l'âge/cycle de renaissance du foyer (πPi=cщ²/π). Ces adéquations ne relèvent pas du seul Hasard

Ainsi se déroule le cycle des grands jours éternels. Un sein universel ne sera jamais accessible à une humanité qui refuse de s'anoblir : Ce qu'un Occident inconscient aurait déjà dû faire avant la destruction de Carthage, et ses conquêtes de l'Ouest, de l'Est ... et des 2 pôles (des seins terrestres à respecter). D'une planète entière qu'il se croit autorisé à piller systématiquement et à polluer impunément (zoom caillou).

Des océans de larmes de repentance ne feraient que noyer une espèce qui doit assumer sa responsabilité, en ne se laissant déjà plus reconduire au petit jour par les plus inconscients des siens à la poursuite de leurs propres intérêts les plus immédiats : une bande d'abreuvés sur la route de rentrée après un soir de foire. L'espèce devenant enfin consciente se donnera en toute paix les moyens nécessaires (ex. des conducteurs désignés : Sam, Raoul, Bob...) afin de ne jamais écarter personne autour d'une table de réels partenaires planétaires qu'elle aura bientôt dressée (une nouvelle ONU ailleurs, le plus loin possible du Cancer de Wall Street). Le Ciel ni personne ne sauvera une espèce qui se suicide en évoluant contre nature sauvagement.

Sans jamais trancher quant à l'origine de l'univers et de la vie (Dieu/Infini, Nature...), ces adéquations de Pi révèlent l'intervention d'aînés cosmiques infiniment plus avancés que l'homme qui ont fait le choix de rester en apartheid total d'espace et de silence pour une conduite accompagnée des espèces encore planétairement enfermées. Si Dieu/Infini  n'existe peut-être pas encore, cette Aînesse Cosmique est déjà d'une perfection divine, à l'image d'une Chaîne de Créateurs associés en poupées russes travaillant toutes en communion. 

Par définition, la poupée n'arrivera peut-être pas individuellement à l'Infini/Dieu. Mais Elle entretient déjà l'univers dans l'Ordre établi et attend de l'humanité qu'elle s'inscrive à sa suite dans cette communion vitale pour la préservation d'une Conscience Universelle. Elle est déjà cette Conscience Elle-même.

Une Aînesse Cosmique bienveillante qui invite l'homme à s'anoblir en partageant avec Elle des secrets à découvrir en douceur dans un parcours balisé par de petits cailloux blancs d'une sagesse inépuisable. Ses moyens d'intervention ? La communion sous toutes ses formes d'entretien furtif d'une Vraie Transcendance : une culture de l'humour et de l'amour, de l'art, de la musique, de la poésie, de la rationalité, d'une science et d'une force de bien-être et d'épanouissement de l'être. L'apocalypse naturelle contre les plus obstinés, Elle devra comme des parents meurtris en laisser l'usage à la descendance : une adolescence égarée et suicidaire qui n'a souvent jamais besoin que le Ciel l'aide encore à s'autodétruire, comme notre espèce adolescente s'acharne toujours à vouloir le démontrer.  

Suite  

mercredi 26 octobre 2016

Un univers né sans Big Bang d'une conscience cosmique entretenue en douceur au rythme de milliards de milliards de discrets bosobangs.


 2 "bosons de Higgs" placés
en π médiateurs (+ en click) 

   Notre univers en "poêle cosmique".
    (une ronde d'étoiles autour du poêle)

Rappelons que le paradigme d'un apartheid cosmique part de l'hypothèse d'un Univers Global Infini (UGI) existant depuis toujours. Ce TOUT contient au moins un Univers Local (UL) d'âge indéterminé qui se reproduit suivant des cycles de πbc/Ф=13,854 milliards d'années entretenus par la mort et la renaissance d'un  couple de soleils venant à leur tour en pôle position dans une chaîne locale de F=7,05x1019 étoiles : 
une consommation stellaire de ~253,64 par sec. terrestre.


                Une évolution suivant des cycles emboîtés en poupées russes.

Un univers porteur d'une vie née de la violence d'un Big Bang traditionnel s'autodétruirait sans un apartheid cosmique déjà observé sur notre planète depuis toujours. Cette autodestruction commencée de facto par le débarquement prédateur de colonisation assumée et même revendiquée (jamais condamnée  par l'ONU) d'un impérialisme occidental en Amérique et partout n'augure rien de bon pour un débarquement de colonisation interstellaire potentielle de notre espèce. Des civilisations devenues nomades interstellaires ne le permettront jamais. Elles auraient sinon elles-mêmes déjà disparu dans des affrontements titanesques que le silence cosmique confirmerait alors. 

     Un impérialisme de terrorisme planétaire 

Mais l'Occident impérialiste ne devrait rationnellement pas parier sur l'absence d'aînés, en revendiquant déjà dès Carthage sa prééminence cosmique. Ce choix prédateur représente de facto une déclaration de guerre à tous ceux qui refusent de s'aligner derrière lui, terriens (Russie, Chine, Corée du Nord, Iran...) mais extraterrestres aussi en amont. La sagesse veut qu'un Occident impérialiste soit réaliste, comme il sait parfois l'être sur le terrain terrestre : son OTAN prédateur n'attend en effet pas que ses adversaires potentiels (Russie, Chine...) lui dévoilent toutes leurs batteries de science et de technologie. Mais il attend naïvement cette approche invraisemblable d'un adversaire extraterrestre auquel il a pourtant implicitement déclaré la guerre ! 

La frontière cosmique de toute civilisation plus avancée de milliers, millions ou milliards d'années sera quand même rendue infranchissable de l'aval planétaire. L'obstination de l'homme à vouloir découvrir malgré elles (NASA/SETI, CNES/Gepan...) de telles civilisations est irrationnelle et naïve : il appartient à ces dernières de nous contacter si elles le souhaitent vraiment. Il est moins dangereux et coûteux pour elles de laisser les prédateurs terrestres les plus obstinés s'exterminer entre eux en arrière, comme les grands stratèges terrestres l'ont depuis longtemps appris. L'Occident doit rationnellement se préparer à la paix en amont en renonçant à son impérialisme de terrorisme envers un Cosmos invincible auquel il a inconsciemment déclaré la guerre en prenant son espèce en otage avec sa ceinture de bombes. Il ira en paix vers ses aînés cosmiques en déposant noblement ses armes, à l'image des nobles Bourgeois de Calais et de leurs nobles descendants soviétiques au mur de Berlin.


La loi du puzzle cosmique de bienveillance responsable.
L'irresponsabilité humaine  veut la malveillance cosmique :
l'homme n'opposera pas son droit d'adolescent au droit d'aînesse.

Si des parents/aînés cosmiques ne se manifestent pas comme on le constate ou comme on le souhaite, ce n'est pas à priori parce qu'ils n'existent pas comme l'idéologie dominante/l'adolescence le souhaite si fort, mais qu'ils attendent la démonstration planétaire d'une évolution de l'espèce/l'adolescence qui s'intègre comme une pièce d'origine dans leur propre puzzle cosmique. Un homme ambigu comme tout adolescent prétend lui aussi que l'aînesse peut bien exister si çà lui chante, faisant par là un double pari pervers de présence et d'absence, comme souvent l'adolescent envers ses parents (le beurre et l'argent du beurre). Mais des nomades/parents rationnels ne retiendront que le choix sur lequel l'homme/ado a jusqu'ici de facto misé lourdement : celui d'une prédation féroce. Ils laisseront donc l'humanité s'autodétruire en l'aidant même par avortement programmé si la religion capitaliste l'a déjà rendue irrécupérable. 

La vie familiale/terrestre disparaîtra ou sera ainsi mise en conscience "par paquets d'informations" : une espèce humaine cultivant en paix un noble apartheid cosmique dans une transcendance de salut.


Une immaturité cosmique fatale à l'espèce entière

Il appartient toujours au plus fort de se montrer le plus sage, car lui seul en a vraiment les moyens, individuellement et dans l'espèce. Un Occident impérialiste est donc le seul à pouvoir montrer l'exemple du désarmement terrestre en mettant vraiment fin à son comportement séculaire de prédateur planétaire dans tous les domaines de la vie. Il entraînera sinon l'avortement de l'espèce entière. 

Comme des parents bienveillants devant leurs aînés squattant leur foyer à leurs dépens, une aînesse cosmique rationnelle finira par abandonner une humanité obstinément inconsciente à son sort. Le Cosmos se montrera toujours le plus sage en laissant l'homme libre de son évolution, sous réserve qu'il prenne enfin conscience en n'abandonnant plus le volant de son salut aux plus inconscients de son espèce qui violent en permanence la loi cosmique en sortant sans arrêt de la voie : c'est bientôt la fin d'une conduite terrestre accompagnée et l'humanité doit enfin devenir consciente et responsable !

Une loi cosmique non négociable comme celle de la pesanteur :
  L'oligarque est un chauffard qui conduit l'espèce à la mort
sur une voie cosmique qui exige toute sa conscience.

Concept très imagé d'un ascenseur terrestre en apartheid. 



Deux graines de semence humaine (Adam/Eve) auront été laissées à germer dans la cage d'un ascenseur terrestre d'existence encore virtuelle (d'âge indéterminé ou éternel). Cet ascenseur est initialement placé au centre de l'univers local pour s'apprêter à traverser l'enfer du noyau. Il monte aussitôt au pas d'un Pi par étage tout au long des 3 383 841 960 étages prévus pour l'emménagement du couple au foyer (file de Pi expliquée ici). Eve et son conjoint Adam héritent en naissant d'une planète déjà bien aménagée pour une vie confortable. 

Mais l'ascenseur poursuivra sa route de Pi en Pi sur 1 026 047 210 autres étages terrestres restant à gravir pour arriver à terme en bonne forme au toit polaire tant convoité (file de Pi expliquée en click). Comme pour tout voyage spatial de très longue durée, le plus difficile sera sans doute de maintenir l'Ordre à bord. La paix deviendra bientôt précaire à sauvegarder dans un espace planétaire devenant surpeuplé où l'on s'entre-tue bientôt allègrement de façon de plus en plus sournoise. C'est à l'image même de la vie terrestre !

L'espèce sera-t-elle encore en vie consciente en arrivant finalement à la fenêtre de toit ? 

Face à une extinction stupide possible avec des hommes, un jardinier cosmique furtif rodant autour de l'ascenseur aura sagement gardé d'autres semences en réserve pour relancer une précieuse évolution de la Conscience Cosmique tous les vingt ou trente mille ans ou moins, avec les graines OGM mieux aguerries d'une nouvelle espèce. Les espèces terrestres anoblies ou avortées se suivraient ainsi à distance, le temps pour le jardinier d'effacer leurs traces pour ne laisser que les meilleures pour un noble éveil des suivantes. 

Il serait peu sage de ne pas optimiser un précieux terrain terrestre ! En arrivant au toit quoi qu'il en soit, tout ascenseur devra redescendre en enfer de renaissance pour un entretien périodique indispensable à la poursuite d'une vie consciente, même si l'espèce qui l'occupe n'est pas encore parvenue à une totale extinction ! Le jardin terrestre ne pourra éternellement être squatté par un homme stupide et le jardinier cosmique y veillera bien.


L'essentiel pour l'espèce sera avant tout de ne pas rater  
la sortie Correspondance en fenêtre de toit ! Les
modérateurs (99%) s'affirmeront en toute 
paix devant les prédateurs (1%).

 ================================================ 

Suite

lundi 27 juillet 2015

Les métastases capitalistes d'un Cancer Génocidaire de l'espèce.

(par Ariste)

A moins d'une ultime volonté de renaissance, il semble jusqu'ici que notre espèce se laissera passivement emporter par le capitalisme comme un troupeau de moutons à l'abattoir. 

A l'image du mensonge passant d'autant mieux qu'il est plus gros, le culte du Veau d'Or est un mauvais choix initial de paradigme qu'on pourra entretenir avec des mensonges de plus en plus gros (leurres divers : croissance, progrès, démocratie, endettement; homme sur la Lune, armes de Saddam et de Kadhafi, 11/09...). La robotisation réduira l'emploi à néant dans un Enfer Terrestre. L'incroyable est inéluctable avec une prolifération de métastases scientifiquement entretenue.

Des raisons objectives expliquent ce comportement suicidaire d'un capitalisme à chaque fois relancé comme un feu de forêt, par beaucoup de négligence et une bonne part de Malveillance. Son complot incendiaire dont l'Oligarchie ridiculisera toujours l'existence s'étend inéluctablement, encadré par une meute de grands prédateurs oligarques attirés comme des fauves autour d'un point d'eau.    

Le faux paradigme d'un homme au centre de l'univers : Notre civilisation s'est édifiée autour de ce gros mensonge ! On a bien fini grâce à la science et à l'observation par décentraliser la Terre et le Soleil, mais l'homme impérialiste en tant que tel s'accroche plus que jamais au centre, quitte à cultiver d'autres mensonges de plus en plus gros pour exclure toute idée de déménagement ! Mais si ce pari d'un terrien plus avancé était encore vraisemblable il y a 300 ou 400 ans, il est rendu de plus en plus stupide par la science elle-même. On persiste cependant à entretenir ce faux paradigme ou à s'abstenir en tous cas de crier son invraisemblance pour ne pas tirer les conséquences qui en découlent. Dieu a déjà été évacué et enterré avec pertes et fracas et il n'est pas question de vouloir le remplacer par un être plus avancé né comme l'homme, mais qui pourrait aussi être quelqu'un d'autre. Stop, la place conquise sur Dieu est réservée à un terrien impérialiste universel qui ne la cédera à aucun extraterrestre aussi avancé soit-il ! L'hypothèse est déjà profane !

Seuls des mensonges gros comme des montagnes peuvent cacher cette stratégie prédatrice. 

Chercher l'erreur : après avoir exclu Dieu, un homme qui se rend lui-même de plus en plus furtif se permet aussi d'exclure ( ~ de ne pas prendre en compte) l'existence plus que vraisemblable d'êtres devenus furtifs des millions ou milliards d'années avant lui. Ces derniers ne chercheraient pourtant plus à côtoyer un être encore primitif face à eux, mais s'attendraient à ce qu'il se mette lui-même en allégeance dans un moule universel d'évolution sans danger potentiel pour la vie. L'homme refuse cette seule forme non-violente d'un impérialisme cosmique de discrète bienveillance envers des êtres moins avancés gardés comme lui-même en apartheid en aval. La grossière brutalité d'un dernier arrivé qui se prépare à menacer cet ordre établi ne pourra être durablement tolérée. Comme le sage paysan face aux bêtes et aux mauvaises herbes, des êtres plus avancés entretiendront des cycles terrestres et universels en vue d'un anoblissement ou d'une élimination en silence de toute espèce naissant par nature sauvage. Une seule loi : l'allégeance d'une espèce responsable sera universellement démontrée en apartheid cosmique et une espèce prédatrice s'épuisera dans un enfer planétaire par elle-même si obstinément aménagé.

Une conscience cosmique révélée dans une apocalypse de renaissance à préparer :
Un cri d'allégeance de l'espèce attendu comme celui du nouveau-né.

L'épreuve naturelle d'une apocalypse déjà vécue dans le couple  : Notre univers local est une matrice de création plongée dans un Univers Global Infini. Un homme né dans cet Ordre Cosmique établi ne pourra que l'explorer en le dévoilant toujours davantage par l'entretien du patrimoine alors découvert. C'est ce qui sera discrètement exigé de lui par tout être né comme lui-même mais qui l'aura devancé dans une évolution infinie de la vie et de la conscience. Dieu ou le Hasard plus loin en amont ? La Nature aura alors accouché d'un Dieu de Transcendance : un Premier Spermathomme né et appelé comme lui à aller vers toujours plus de perfection pour affirmer son existence. Un Etre Collectif chargé discrètement de l'éducation ou de la mort d'un dernier arrivé avec la même bienveillance que celle due par l'homme lui-même à tout embryon qu'il aura fécondé. Par un avortement presque partout légalisé, l'homme décide déjà bien de la vie ou de la mort de sa lignée pour des raisons qui sont les siennes. Il ne pourrait en toute conscience exclure ce même droit au niveau cosmique pour des raisons universelles qui le dépasseraient encore. Il a déjà accepté de facto sa propre apocalypse même s'il lui reste à l'assumer au lieu de s'acharner à l'exploiter aux dépens de l'existence des plus faibles de ses semblables et de la vie.

TINA (There Is No Alternative) :  pour traverser l'apocalypse, il n'y a en effet aucun autre choix que celui d'une culture collective de
la Bienveillance au lieu de cette Malveillance envahissante.
L'argent est une drogue dure : au volant de son évolution,
  la conscience fera à temps le bon choix de s'en libérer.    

La vie en apartheid cosmique permet heureusement l'entretien d'un rebond collectif de conscience vers une renaissance au moins potentielle dans l'Univers Global. Une vie née primitive nécessitera avec le temps un entretien de plus en plus complexe. L'apartheid permet cet emboîtement naturel de l'expérience vécue dans une chaîne de poupées russes en vue d'une sauvegarde éternelle de la vie, quels que soient les aléas rencontrés par chaque espèce aux différents stades de son évolution. L'humanité pourra ainsi s'obstiner dans une Malveillance autodestructrice comme elle s'y engage aujourd'hui de plus en plus : mais pas plus que l'avortement d'une femme dans l'existence de l'espèce, cette inconscience d'un dernier maillon ne compromettra en rien l'existence de la chaîne d'apartheid cosmique. Le maillon avorté sera bientôt remplacé par un autre mieux couvé et l'évolution de la vie universelle vers un infini de perfection se poursuivra avec ou sans un maillon humain.

Un emboîtement de la vie en poupées russes assurera le triomphe final de la Bienveillance Cosmique. Le Maillon Malveillant ne pourra toujours tromper une chaîne infinie de Bienveillance en amont. Il sera amené à s'anoblir ou à quitter sa place.

Seule une mise à l'épreuve permet l'entretien bienveillant d'un ordre déjà établi :
Une espèce mise à l'épreuve démontrera à temps son allégeance cosmique !

Suite et haut de page